Home Célébrités Andranik ou le cavalier héroïque du cimetière du Père Lachaise

Andranik ou le cavalier héroïque du cimetière du Père Lachaise

by Robert R. KEBBI
Andranik Pere Lachaise

Andranik ou le cavalier héroïque du cimetière du Père Lachaise

Andranik ou le cavalier héroïque du cimetière du Père Lachaise est le symbole du combat pour la libération de l’Arménie.

Andranik Toros Ozanian est né en Arménie orientale, à l’âge de 22 ans, ayant perdu sa femme et ses 2 enfants, qu’il rejoignit un groupe de partisans de sa région. Il ira à Constantinople rejoindre les leaders de la pensée politique de l’indépendance de l’Arménie. Il acceptera toutes les missions qui lui seront confiées et à la mort du leader du groupe de combat, Serob Aghbiur, c’est naturellement qu’il prendra sa succession.

Il quittera l’Arménie pour voyager en Europe puis aux Etats-Unis où il finira par s’installer. Son nom et sa renommée lui permettent de collecter des fonds pour aider les orphelins arméniens.

Il mourra à Chico en Californie le 31 août 1927. Il sera enterré au cimetière Ararat de Fresno le 7 septembre 1927. Quelques mois plus tard, sa dépouille sera exhumée et rapatriée à Paris au cimetière du Père Lachaise, où trône encore sa statue, pour un second enterrement.  En février 2000, ses cendres sont transférées en Arménie, au cimetière d’Erablur.

Message

Une lumière nouvelle s’est levée sur le monde,
Qui a apporté ce soleil ?
Voilà un soleil d’or,
Avec son rayonnement de feu !
Dès l’aurore indécise,
Monté sur son palefroi,
Sur le nouveau monde et l’homme,
Il répand sa joyeuse lumière !
Qui a apporté cette vive lumière,
Oh ! qui l’a allumée de sa main, qui ?
Rouge flamboyante, accueillante,
Cette lumière de diamant.
Courbé sous la charge de la vie,
Soumis à un rude esclavage,
Petit ruisseau de sagesse,
Symphonie de folie,
Durant tant d’années, tant de siècles,
Tu as été témoin de l’irréfutable…
Sur les rives ténébreuses,
Où se trouvait notre vieille patrie,
N’y avait-il vraiment pas un fleuve abondant
Qui, de l’esclavage incommunicable,
Coulant, verdâtre, de siècle en siècle,
Dans cette obscurité insensée,
Transportait cette aurore ?
Oh ! cette aurore lointaine
Cachée depuis longtemps dans ses eaux,
Oh ! souhaitant ce lointain…
Courbé sous la charge de la vie,
Esprit impuissant, ruisseau de feu…

Yéghiché TCHARENTZ

d’après une traduction Louise Kiffer

Dans ce poème cryptographique en arménien, la 2ème lettre de chaque vers est une majuscule. Ces lettres mises bout à bout disent ce qui suit : « O PEUPLE ARMENIEN TON UNIQUE SALUT EST DANS LA FORCE DE TON UNION »Ce message est devenu dorénavant la devise nationale de l’Arménie.)

Please follow and like us:
error

Photopoésies similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
Donec felis id diam adipiscing Aenean venenatis, elit.