Place du Tertre Montmartre et la légende du peintre aux gargouilles
Previous
RANDOM
Le cheval libre
Next
Voyages
Editor's Pick

Chiens de traineau au Canada – la neige est l’étonnement !

by Robert R. KEBBI25 juin 2014
Donnez votre avis en smiley !
J'aime !
100%
Emouvant
0%
Fun
0%
Trop triste...
0%

Chiens de traineau, neige et Canada !

Chiens de traineau : au Canada, le meilleur ami de l’homme n’est pas le cheval, mais le chien ! Dans un silence de glace, le traîneau file. Ces photographies ont été prises par mon ami Matthieu qui a la chance (et aussi l’audace) de vivre un périple dans cette contrée lointaine et froide. Je vous fais donc partager ces quelques photos qui, je l’espère, vous plairont et seront vous rafraîchir en ses journées si chaudes ! La poésie n’est pas oubliée, elle est illustrée par un joli texte dont l’auteur est Olivier Houplain, poète et musher (conducteur d’attelages de chiens de traineau), qui vit dans la montagne pyrénéenne.

Neige

La neige est l’étonnement. Et le commencement et la fin.
Rien d’autres ne m’est permis. La neige comme sable luxuriant, lorsque l’abeille danse sous l’hiver doux.

Dans l’étendue, toute épave bouge, s’orne du souffle, de la voix, du mouvement. La neige est le paysage.

Et le commencement et la fin. Rien d’autres ne m’est promis.

Dans l’étendue, j’ai soif de brumes, De traces crénelées sur l’asphalte blanc.

Mes forêts sont les blanches conditions des mésanges affamées, des rondes d’oiseaux sur le pain.

Alors j’ai soif des rayons chauds, Et des ailes invisibles portent mes doutes, enflent mes craintes : Je n’ai pas plus foi en la lutte qu’en la saison. Et je cède alors je bouge… Et je bouge alors je mute… Et je mute alors je regarde et je décide du geste suivant.

Je prends à témoin les blancs infinis des contours de mon corps. Tout se destine à la gelure. Mon sang est un vin chaud, Mon cœur ronfle de braises.

La neige est la folie, et le commencement et la fin. Rien d’autres ne m’est montré. Que le fragile équilibre du geste, Son arrêt brusque ou doux, la mort ou la caresse, la guerre ou la danse.

Les villes sont peuplées de cadavres amants qui n’osent plus le noir, ni la longue veille du mourant.

Les villes ne sont peuplées que d’errants qui refusent la danse des morts et monnayent les fosses à prix d’or. La neige est l’outil, peut-être l’image d’une femme.

Et le commencement, et la fin.

Elle s’écrit comme au départ d’une chasse. Surprendre m’amuse… Ce cerf est homme qu’achèvent ses chiens. Il fait froid…

Rien n’écrit sur l’étendue. Ni l’eau, ni l’encre, ni le beurre sur le bois.

L’heure se tapit dans les gouttelettes nacrées et prend la double nature du choix : Vider le verre des secondes noires, Pianoter les blanches en buvant les gelures.

La neige est ma folie. Froid d’os. Tête tournée vers son parfum. La tête, la nuque et le vallon fleurit Puis le demi-drap sur le demi-nu.

Qu’a-t-elle encore à me dire si elle n’est plus ce désir d’une même femme? La neige est le tombeau.

Le commencement, la fin.

Puis elle ne sera plus. Je l’attendrai sans guérir au bord de l’étendue blanche, sans homme devant, juste l’étendue comme distraction. Soumis à la forme agencée des cristaux comme dans le rire ému du possible, mes yeux croiseront peut-être ceux de mes chiens.

Nos prunelles bienveillantes échangeront l’effroi de l’abîme et, dans un « Mush ! » cinglant, nous fuirons sans guérir.

Olivier Houplain

Poète et musher (conducteur d’attelages de chiens de traîneau)
Extrait de « trames, traces, transes » dans « En état de fil nu » source : mondesfrancophones.com

Robert R. KEBBI
Follow me

Robert R. KEBBI

photographe chez photokebbi.com
Always fascinated by the art and specifically photography, film camera at first and then digital. I am also a lover of words and therefor poetry. That is why each of the photographs that I offer is accompanied by a poem ....
Robert R. KEBBI
Follow me
Tous les poèmes publiés sur ce site appartiennent à leurs auteurs respectifs.