Home Voyages Île de Spinalonga – l’île des lépreux ou des oubliés de Victoria Hislop

Île de Spinalonga – l’île des lépreux ou des oubliés de Victoria Hislop

by Robert R. KEBBI

Île de Spinalonga ou l’île des lépreux ou des oubliés de Victoria Hislop

Photographies de l’ïle de Spinalonga en Crête : en 1903, le gouvernement crétois décide de faire de l’îlot de Spinalonga « une léproserie ou une colonie de lépreux », c’est-à-dire un refuge obligé rassemblant tous des lépreux vivant épars dans les diverses régions de la Crète puis de la Grèce cachés dans des grottes et des cabanes de fortune.

Cette histoire a inspirée Victoria Hislop dans le roman « l’ïle des oubliés »

Extrait du Roman de l’Île des Oubliés de Victoria Hislop

L’histoire de ta mère est aussi celle de ta grand-mère et de ton arrière-grand-mère. Ainsi que de ta grand-tante. Leur destin était entrecroisé… Elles illustrent à la perfection ce que nous appelons la fatalité, en Grèce. Celle-ci est bien souvent le fait de nos ancêtres, et non des étoiles. Lorsque nous évoquons l’Antiquité, nous nous référons toujours au destin, mais nous ne parlons pas réellement d’une force incontrôlable. Bien sûr, certains événements capitaux semblent se produire sans raison et bouleverser le cours d’une vie, mais,en vérité, notre destinée est déterminée par les actions de ceux qui nous entourent et de ceux qui nous ont précédés.
Extrait de L’Île des oubliés de Victoria Hislop

Le saviez-vous ?

Spinalonga, Histoire d’une léproserie (1903 – 1957)
Spinalonga est situé au nord-ouest de la baie d’Elounda en Crète.

La position géographique stratégique de l’îlot de Spinalonga attira depuis l’antiquité, l’attention des différents peuples occupant l’île de la Crète. Ce furent les Olounites qui y érigèrent une forteresse afin de protéger l’antique cité d’Olounta.

Les Vénitiens qui imposèrent leur suprématie sur la Crète à partir de 1204 ap. J.-C., commencèrent en 1579 à édifier sur les vestiges de la forteresse Olounite (une muraille ancienne, des citernes et les fondations d’une citadelle) leur propre place forte afin d’assurer la protection et la défense de la baie d’Elounda. Face à la menace croissante des Ottomans sur la Crète, les Vénitiens furent obligés en 1654, de réaliser d’importantes restaurations de leur forteresse qui comportait deux murailles d’enceinte renforcées par des bastions et des tours érigés tout au long du rivage de deux côtés de l’îlot ; l’ensemble de ces fortifications formait une forteresse imprenable à l’époque.

En 1669, l’ensemble de la Crète fut soumise à l’occupation ottomane, mais la forteresse de Spinalonga demeura aux mains des Vénitiens jusqu’à 1715, où après un long siège, les Ottomans obtinrent leur reddition par traité.

Sous l’occupation Ottomane, une colonie turque s’installa sur l’îlot de Spinalonga. En 1881, Spinalonga abritait une communauté autonome turque de 1100 habitants. En 1903, l’occupation ottomane sur la Crète fut levée, et la Crète fut proréclamée « État indépendant ». Les habitants turques de Spinalonga furent obligés de quitter l’îlot.

La même année (1903), le jeune gouvernement crétois décide de faire de l’îlot de Spinalonga « une léproserie ou une colonie de lépreux », c’est-à-dire un refuge obligé rassemblant tous des lépreux vivant épars dans les diverses régions de la Crète puis de la Grèce cachés dans des grottes et des cabanes de fortune.

Les édifices et les ruines des bâtiments vénitiens et les demeures turques qui se trouvaient sur l’îlot de Spinalonga furent utilisés pour construire des habitations afin d’héberger les malades et les soignants, puis la mosquée turque fut convertie en hôpital, et le bastion vénitien « Dona » en cimetière ; enfin, en 1939, une route fut aménagée sur l’ensemble du périmètre de l’îlot. Le personnel soignant de la léproserie comportait un médecin, puis des infirmiers et des aides-soignants ; un surveillant et un abbé faisaient partie du personnel nécessaire sur l’îlot.

Les conditions de vie sur Spinalonga pour les lépreux déportés de la Crète, puis la Grèce, étaient au début de l’ouverture de la léproserie, très difficiles : manque d’eau et de nourriture, car les malades étaient tributaires des apports de ces éléments nécessaires à la vie provenant de la Crète ; Durant les quatre premières années de l’ouverture de léproserie, il n’y avait pas de médecin, et les lépreux furent obligés de se soigner eux mêmes.

Les lépreux, devant l’isolement et la dure existence qu’ils menaient sur l’îlot de Spinalonga, montrèrent un courage surhumain en s’acharnant à utiliser tous les moyens disponibles, humains et matériels, afin d’améliorer leurs conditions de vie ; ils restaurèrent les demeures turques abandonnées ; remirent en service le système d’irrigation vénitien, installèrent un système permettant de récolter et stoker l’eau de pluie. Les lépreux de Spinalonga chauffaient l’eau sur le feu de bois et lavaient leurs linges en vêtements dans les lavoirs déjà conçus par les Turcs.

En 1937, l’état grec construit un nouvel hôpital sur l’îlot de Spinalonga dans lequel des médecins venant d’Athènes et de la Crète soignaient les malades ; puis en 1947, deux nouveaux immeubles furent édifiés afin de recevoir de nouveaux malades.

Des mariages eurent lieu dans la léproserie de Spinalonga ; plus de vingt enfants ont été mis au monde sur l’îlot, que l’état grec recueillait dans une crèche à Athènes.

En 1954, Spinalonga a pris le nom de « Calédonie ».

Le gouvernement grec décida de fermer défensivement la léproserie en 1957 et les trente derniers lépreux de Spinalonga furent transférés dans un hôpital d’Athènes.

Historiquement, le dernier résident de Spinalonga fut le prêtre qui quitta l’îlot en 1962. Son départ fut tardé de cinq ans afin de maintenir les croyances religieuses de l’Église grecque orthodoxe, dans lesquelles une personne enterrée doit être commémorée à 6 mois, 1 an, 3 ans et 5 ans après sa mort.
Extrait d’un article rédigé par Dr Aly Abbara sur son site http://www.aly-abbara.com/voyages_personnels/Crete/page/spinalonga_lepresrie.html

Please follow and like us:
Île de Spinalonga – l’île des lépreux ou des oubliés de Victoria Hislop

Photopoésies similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
ut mattis adipiscing Praesent pulvinar dictum Curabitur Nullam consequat. risus. et, mi,