Nuit Blanche 2015 : Djeff et Monsieur Moo Saint-Merry Paris
Précedent
Au hasard
Musée d orsay : l'horloge selon Baudelaire
Suivant

London Phone Box & The Telephone par Frost

par Rabah Robert KEBBI sur 7 décembre 2015
Noir & Blanc
Donnez votre avis en smiley !
J'aime !
100%
Emouvant
0%
Fun
0%
Trop triste...
0%

London Phone Box & The Telephone par Robert Frost

Photographie d’une cabine téléphonique de Londres (London Phone Box) accompagnée par une « divine » poésie de Robert Frost….

The Telephone

“WHEN I was just as far as I could walk
From here to-day,
There was an hour
All still
When leaning with my head against a flower
I heard you talk.
Don’t say I didn’t, for I heard you say—
You spoke from that flower on the window sill—
Do you remember what it was you said?”

“First tell me what it was you thought you heard. »

“Having found the flower and driven a bee away,
I leaned my head,
And holding by the stalk,
I listened and I thought I caught the word—
What was it? Did you call me by my name?
Or did you say—
Someone said ‘Come’—I heard it as I bowed.”

“I may have thought as much, but not aloud.”

“Well, so I came.”

Robert Frost (1874–1963)

Mountain Interval. 1920.

Le Saviez-vous ?

Robert Frost (26 mars 1874, San Francisco – 29 janvier 1963, Boston) est un poète américain. Il a connu de nombreuses tragédies au cours de sa vie. Il n’a que onze ans quand son père meurt de la tuberculose, celui-ci ne laissant que huit dollars pour tout héritage. Sa mère meurt de cancer en 1900. En 1920, Robert Frost doit se résoudre à placer sa sœur cadette en hôpital psychiatrique où elle meurt neuf ans plus tard. Lui-même souffre de dépression, comme sa mère. Sa fille Irma, elle aussi, est placée en hôpital psychiatrique en 1947. Elinor, sa femme, qui souffre de temps à autre de dépression, a des problèmes cardiaques toute sa vie et développe un cancer du sein en 1937. Elle meurt en 1938 d’une défaillance cardiaque. Elinor et Robert Frost eurent six enfants : Elliot (1896–1904, mort du choléra); Lesley Frost Ballantine (1899–1983); Carol (1902–1940, décès par suicide); Irma (1903–1967); Marjorie (1905–1934, morte de fièvre puerpérale); Elinor Bettina (morte trois jours après sa naissance en 1907). Ainsi seules Lesley et Irma survécurent à leur père.
Ces épreuves ont certainement influencé sa poésie, qui demeure malgré tout pleine d’espérance.

Tous les poèmes publiés sur ce site appartiennent à leurs auteurs respectifs.
/* ]]> */ 44c481fe00beaebe5778daea08151d79MMMMMMMMMMMMMM