Home VoyagesLondres London road ou la route non empruntée

London road ou la route non empruntée

by Robert R. KEBBI
London road ou la route non empruntée

London road ou la route non empruntée

London road ou la route non empruntée : photographie de la ville de Londres accompagnée par une poésie de très grand Robert Frost initulée « La route non empruntée ».

La route non empruntée

Deux routes bifurquaient dans un bois jaune
Et au regret de ne pouvoir prendre les deux
Car voyageant seul, je suis resté longtemps
Les yeux fixés sur l’une des deux aussi loin que je le pouvais
Jusqu’à un virage qui se perdait dans les broussailles ;

Alors j’ai suivi l’autre route, tout aussi envisageable
Et peut-être même plus justifiée encore
Parce que recouverte d’herbes ne demandant qu’à être foulées ;
Cependant, ceux qui étaient passés par là
Les avaient empruntées de façon assez semblable.

Et toutes deux en ce matin s’étiraient
Parmi des feuilles qu’aucun pas n’avait encore souillées
Je réservais la première route pour une autre fois
Sachant pourtant qu’un chemin menant à un autre chemin,
Je doutais d’y revenir jamais.

Un jour, dans des années et des années
Je conterai tout cela en soupirant, à savoir que
Deux routes bifurquaient dans un bois, et que moi —
J’ai suivi celle par laquelle on chemine le moins souvent
Et cela a fait toute la différence.

Robert Frost – Traduction : Bruno Rigolt

The Road Not Taken

Two roads diverged in a yellow wood,
And sorry I could not travel both
And be one traveler, long I stood
And looked down one as far as I could
To where it bent in the undergrowth;

Then took the other, as just as fair,
And having perhaps the better claim,
Because it was grassy and wanted wear;
Though as for that the passing there
Had worn them really about the same,

And both that morning equally lay
In leaves no step had trodden black.
Oh, I kept the first for another day!
Yet knowing how way leads on to way,
I doubted if I should ever come back.

I shall be telling this with a sigh
Somewhere ages and ages hence:
Two roads diverged in a wood, and I—
I took the one less traveled by,
And that has made all the difference.

Robert Frost – Mountain Interval, 1916

Le saviez-vous ?

Robert Frost (26 mars 1874, San Francisco – 29 janvier 1963, Boston) est un poète américain né à San Francisco, en Californie. Connu pour avoir chanté la vie rurale dans son œuvre, Frost grandit en réalité en ville. Il publie son premier poème dans la revue de son école secondaire. En 1894, il vend son premier poème, Mon papillon une élégie, publié le 8 novembre 1894, dans une maison d’édition indépendante de New York pour 15 dollars, équivalent aujourd’hui en pouvoir d’achat à au moins 300 dollars. Fier de son exploit, il demande en mariage Elinor Miriam White (1873-1938), mais celle-ci n’accepte pas avant de terminer ses études à l’Université St. Lawrence. Ils se marient à Lawrence, au Massachusetts le 19 décembre 1895.
Il remporte à quatre reprises le prix Pulitzer de poésie : en 1924 pour New Hampshire: A Poem With Notes and Grace Notes, en 1931 pour Collected Poems, en 1937 pour A Further Range et en 1943 pour A Witness Tree.
He was buried at the Old Bennington Cemetery in Bennington, Vermont. His epitaph quotes the last line from his poem, « The Lesson for Today (1942): « I had a lover’s quarrel with the world. »
En savoir plus…

Please follow and like us:
London road ou la route non empruntée

Photopoésies similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
ut Phasellus id, eget dictum Donec venenatis, ut consectetur