Jemaa el-Fna femmes et hommes de mon pays de Nadia Tueni
Previous
RANDOM
Jardin Majorelle - donne moi la flûte et chante de Khalil Gibran
Next
Voyages

Marrakech la Cité Rouge et les dessins de Nizar Quabbani

by Robert R. KEBBI11 février 2018
Donnez votre avis en smiley !
J'aime !
100%
Emouvant
0%
Fun
0%
Trop triste...
0%

Marrakech la Cité Rouge et les dessins de Nizar Quabbani

Photographie de Marrakech la cité rouge, avec vue sur la mosquée Koutoubia (Mosquée des libraires) emblème de la cité avec son superbe minaret haut de 70 mètres.
Cette photo est accompagnée d’un poème de Nizar Quabbani, »Quand annoncera-t-on la mort des Arabes ? », qui est à l’origine de nombreuses controverses.

Quand annoncera-t-on la mort des Arabes ?

J’essaie, depuis l’enfance, de dessiner ces pays
Qu’on appelle-allégoriquement-les pays des Arabes
Pays qui me pardonneraient si je brisais le verre de la lune…
Qui me remercieraient si j’écrivais un poème d’amour
Et qui me permettraient d’exercer l’amour
Aussi librement que les moineaux sur les arbres…
J’essaie de dessiner des pays…
Qui m’apprendraient à toujours vivre au diapason de l’amour
Ainsi, j’étendrai pour toi, l’été, la cape de mon amour
Et je presserai ta robe, l’hiver, quand il se mettra à pleuvoir…

J’essaie de dessiner des pays…
Avec un Parlement de jasmin…
Avec un peuple aussi délicat que le jasmin…
Où les colombes sommeillent au dessus de ma tête
Et où les minarets dans mes yeux versent leurs larmes
J’essaie de dessiner des pays intimes avec ma poésie
Et qui ne se placent pas entre moi et mes rêveries
Et où les soldats ne se pavanent pas sur mon front
J’essaie de dessiner des pays…
Qui me récompensent quand j’écris une poésie
Et qui me pardonnent quand déborde le fleuve de ma folie…

J’essaie de dessiner une cité d’amour
Libérée de toutes inhibitions…
Et où la féminité n’est pas égorgée… ni nul corps opprimé

J’ai parcouru le Sud… J’ai parcouru le Nord…
Mais en vain…
Car le café de tous les cafés a le même arôme…
Et toutes les femmes une fois dénudées
Sentent le même parfum…
Et tous les hommes de la tribu ne mastiquent point ce qu’ils mangent
Et dévorent les femmes une à la seconde

J’essaie depuis le commencement…
De ne ressembler à personne…
Disant non pour toujours à tout discours en boîte de conserve
Et rejetant l’adoration de toute idole…

J’essaie de brûler tous les textes qui m’habillent
Certains poèmes sont pour moi une tombe
Et certaines langues linceul.
Je pris rendez-vous avec la dernière femme
Mais j’arrivai bien après l’heure

J’essaie de renier mon vocabulaire
De renier la malédiction du « Mubtada » et du « Khabar »
De me débarrasser de ma poussière et me laver le visage à l’eau de pluie…
J’essaie de démissionner de l’autorité du sable…
Adieu Koraich…
Adieu Kouleib…
Adieu Mudar…

J’essaie de dessiner ces pays
Qu’on appelle-allégoriquement- les pays des Arabes,
Où mon lit est solidement attaché,
Et où ma tête est bien ancrée,
Pour que je puisse différencier entre les pays et les vaisseaux…
Mais… ils m’ont pris ma boîte de dessin,
M’interdisent de peindre le visage de mon pays… ;

J’essaie depuis l’enfance
D’ouvrir un espace en jasmin.
J’ai ouvert la première auberge d’amour… dans l’histoire des Arabes…
Pour accueillir les amoureux…
Et j’ai mis fin à toutes les guerres d’antan entre les hommes et les femmes,
Entre les colombes… et ceux qui égorgent les colombes…
Entre le marbre… et ceux qui écorchent la blancheur du marbre…
Mais… ils ont fermé mon auberge…
Disant que l’amour est indigne de l’Histoire des Arabes
De la pureté des Arabes…
De l’héritage des Arabes…
Quelle aberration !!

J’essaie de concevoir la configuration de la patrie ?
De reprendre ma place dans le ventre de ma mère,
Et de nager à contre courant du temps,
Et de voler figues, amandes, et pêches,
Et de courir après les bateaux comme les oiseaux
J’essaie d’imaginer le jardin de l’Eden?
Et les potentialités de séjour entre les rivières d’onyx?
Et les rivières de lait…
Quand me réveillant… je découvris la futilité de mes rêves.
Il n’y avait pas de lune dans le ciel de Jéricho…
Ni de poisson dans les eaux de l’Euphrate…
Ni de café à Aden…

J’essaie par la poésie… de saisir l’impossible…
Et de planter des palmiers…
Mais dans mon pays, ils rasent les cheveux des palmiers…
J’essaie de faire entendre plus haut le hennissement des chevaux ;
Mais les gens de la cité méprisent le hennissement !!

J’essaie, Madame, de vous aimer…
En dehors de tous les rituels…
En dehors de tous textes.
En dehors de tous lois et de tous systèmes.
J’essaie, Madame, de vous aimer…
Dans n’importe quel exil où je vais…
Afin de sentir, quand je vous étreins, que je serre entre mes bras le terreau de mon
pays.

J’essaie -depuis mon enfance- de lire tout livre traitant des prophètes des Arabes,
Des sages des Arabes… des poètes des Arabes…
Mais je ne vois que des poèmes léchant les bottes du Khalife
pour une poignée de riz… et cinquante dirhams…
Quelle horreur !!
Et je ne vois que des tribus qui ne font pas la différence entre la chair des femmes…
Et les dates mûres…
Quelle horreur !!
Je ne vois que des journaux qui ôtent leurs vêtements intimes…
Devant tout président venant de l’inconnu..
Devant tout colonel marchant sur le cadavre du peuple…
Devant tout usurier entassant entre ses mains des montagnes d’or…
Quelle horreur !!

Moi, depuis cinquante ans
J’observe la situation des Arabes.
Ils tonnent sans faire pleuvoir…
Ils entrent dans les guerres sans s’en sortir…
Ils mâchent et rabâchent la peau de l’éloquence
Sans en rien digérer.

Moi, depuis cinquante ans
J’essaie de dessiner ces pays
Qu’on appelle-allégoriquement- les pays des Arabes,
Tantôt couleur de sang,
Tantôt couleur de colère.
Mon dessin achevé, je me demandai :
Et si un jour on annonce la mort des Arabes…
Dans quel cimetière seront-ils enterrés ?
Et qui les pleurera ?
Eux qui n’ont pas de filles…
Eux qui n’ont pas de garçons…
Et il n’y a pas là de chagrin
Et il n’y a là personne pour porter le deuil !!

J’essaie depuis que j’ai commencé à écrire ma poésie
De mesurer la distance entre mes ancêtres les Arabes et moi-même.
J’ai vu des armées… et point d’armées…
J’ai vu des conquêtes et point de conquêtes…
J’ai suivi toutes les guerres sur la télé…
Avec des morts sur la télé…
Avec des blessés sur la télé…
Et avec des victoires émanant de Dieu… sur la télé…

Oh mon pays, ils ont fait de toi un feuilleton d’horreur
Dont nous suivons les épisodes chaque soir
Comment te verrions-nous s’ils nous coupent le courant ??

Moi, après cinquante ans,
J’essaie d’enregistrer ce que j’ai vu…
J’ai vue des peuples croyant que les agents de renseignements
Sont ordonnés par Dieu… comme la migraine… comme le rhume…
Comme la lèpre… comme la gale…
J’ai vue l’arabisme mis à l’encan des antiquités.

Nizar Quabbani

Robert R. KEBBI
Follow me

Robert R. KEBBI

photographe chez photokebbi.com
Always fascinated by the art and specifically photography, film camera at first and then digital. I am also a lover of words and therefor poetry. That is why each of the photographs that I offer is accompanied by a poem ....
Robert R. KEBBI
Follow me

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
Tous les poèmes publiés sur ce site appartiennent à leurs auteurs respectifs.
ut et, eget quis, leo velit, non ultricies