Belphégor, le célèbre fantôme masqué est de retour à la Pyramide du Louvre !
Précedent
Au hasard
Louis Aragon photopoésie - l'amour malheureux de la Basilique du Sacré Cœur un jour de neige
Suivant
Architectures

Millennium bridge london : la tamise et les mots de Jules Vallès

par Rabah Robert KEBBI2 mars 2017
Donnez votre avis en smiley !
J'aime !
50%
Emouvant
50%
Fun
0%
Trop triste...
0%

Millennium bridge London : la tamise et les mots de Jules Vallès

Photographie de la Tamise vue depuis le Millennium bridge London illustrée par un extrait de l'oeuvre de Jules Vallès intitulée "La Tamise, vue du pont de Londres". Enjoy !

Le Pont du Millenium à Londres (en anglais : Millennium Bridge London) est un pont suspendu. Il s'agit d'une passerelle en acier réservée aux piétons enjambant la Tamise pour relier le quartier de Southwark sur la rive gauche à la City de l'autre côté. Le pont se trouve entre le Southwark Bridge en aval et le Blackfriars Bridge en amont. Inauguré le 10 juin 2000, il était le premier pont construit à Londres depuis le Southwark Bridge inauguré en 1921.

La Tamise, vue du pont de Londres

Il s’assied tranquillement sur le pont quand tout va bien, et il aime à tourner ses pouces et à se faire les oreilles.
Quelquefois, il descend dans la machine pour grilloter un petit beefsteak sur le grand feu.
Tandis qu’il retourne sa viande, le bateau arrive au pier (le débarcadère) et, mal conduit par un des servants du bord, va donner de la tête dans la proue d’un camarade.
L’homme remonte lentement (ce ne serait pas anglais de se presser) ; mais dès que tout a repris son petit train, après quelques éclats de sapin et quelques éclats de voix, il descend vers le call boy et lui administre une volée. Et ce n’est rien encore. Gare quand il arrivera à Woolwich !
J’ai vu cette scène hier même, et le call boy beuglait comme un veau ; cela déridait un peu les passagers. Il n’est pourtant pas facile de les faire rire.
Et comment voulez-vous qu’ils soient gais sous ce ciel, sur ce fleuve ?
L’eau de la Tamise est couleur de fange, et le ciel est couleur de tombe.
C’est comique à force de tristesse, vraiment, et si l’on n’était pas forcé de vivre longtemps dans ce pays, qu’on ne fit que passer, on s’amuserait de ces fonds sinistres comme d’un décor bâti par un mystificateur funèbre.
À sa source, la rivière est claire, je l’espère ; ici, elle est trouble et vile comme si l’on avait lavé dedans toute la vaisselle d’une armée, comme si l’on y avait vidé les rinçures de tous les hôpitaux de la chrétienté, les ordures de tous les bagnes du monde.

Jules Vallès

Le saviez-vous ?

Jules Vallès (Louis Jules Vallez) est né au Puy-en-Velay (Haute-Loire) le 11 juin 1832, mort à Paris le 14 février 1885 est un journaliste, écrivain et homme politique français d'extrême gauche. Fondateur du journal Le Cri du Peuple, il fait partie des élus lors de la Commune de Paris en 1871. Condamné à mort, il doit s'exiler à Londres de 1871 à 1880.
Jules Vallès a écrit une trilogie romanesque largement autobiographique centrée autour d'un personnage que Vallès nomme Jacques Vingtras : le premier tome s'appelle L'Enfant ; l'auteur évoque sa jeunesse entre un père professeur et une mère fille de paysans, période de sa vie qu'il présente comme pauvre et malheureuse. Les tomes suivants sont Le Bachelier et L'Insurgé. On peut reprendre ces titres pour présenter la biographie de Jules Vallès, même si l'adéquation n'est pas totale entre la vie, racontée, de Jacques Vingtras et celle, réelle, de Jules Vallès.
En savoir plus...

Tous les poèmes publiés sur ce site appartiennent à leurs auteurs respectifs.
/* ]]> */ fdfd791d618f569c06d12ad3009b003e||||||||||||||||||||||||||||||