Home Noir & Blanc Moulin Rouge vintage, ça c’est paris – il m’a vue nue – on me suit !

Moulin Rouge vintage, ça c’est paris – il m’a vue nue – on me suit !

by Robert R. KEBBI
Moulin Rouge vintage, ça c’est paris – il m’a vue nue – on me suit !

Moulin Rouge vintage

Moulin Rouge vintage : ce soir, retour au Moulin Rouge du « Ça, c’est ParisIl m’a vue nueOn m’suit » (Valencia) de Mistinguett 

Au Moulin Rouge

Je suis allé dîner, ce soir, au Moulin Rouge. Arthur RIMBAUD l’a fait dans un Cabaret-Vert. Sur la scène, devant des décors bleus qui bougent, Des filles à plumes rouges, haut découvert,

S’agitent en rythme, affublées d’un sourire. Dans le bruit des couverts, des garçons, en habit Noir, chemise blanche, aux clients ébaubis Livrent, prestes, les plats, paraissant concourir. Nous avions commandé le menu « Belle Epoque », Foie gras, filet de boeuf, arrosé d’un médoc, Puis, un Panna-Cotta, à peine reposés. Mes voisins touchent peu à leurs plats. Elle, boude Et donne à son époux de fréquents coups de coude. Lui, dévore des yeux les corps nus exposés.

Lucien LEPORINI

Source : poesie.webnet.fr

Le saviez-vous ?

La Belle Époque est une période de paix et d’optimisme marquée par le progrès industriel et un foisonnement culturel particulièrement riche. Les expositions universelles de 1889 (célébration du centenaire de la Révolution française et présentation de la tour Eiffel) et de 1900 en sont les symboles. Le japonisme, courant artistique d’inspiration orientale avec pour brillant disciple Toulouse-Lautrec, est à son apogée. Montmartre, au milieu d’un Paris de plus en plus gigantesque et dépersonnalisé, a su garder une ambiance de village bucolique.

Il y eut jusqu’à 30 moulins à vent sur la butte Montmartre (dont 12 rue Lepic) qui broyaient du grain, du maïs, du plâtre, de la pierre. Étymologiquement, on oppose à « cabaret » ou « cabret » (terme d’origine picarde, signifiant « petite chambre » ou « établissement où l’on sert des boissons »), ce que Jean Deny appelle le prototype arabe kharabat (« خربات ») signifiant « cabaret » en turc, persan et pachto, ou encore khammarât « خمارات », autre racine arabe proposée par Antoine-Paulin Pihan. La revue est à l’époque une petite pièce comique ou satirique passant en revue l’actualité et ses personnalités, avec humour et irrévérence.

Le 6 octobre 1889, ouverture du Moulin-Rouge, dans le Jardin de Paris au pied de la butte Montmartre. Son créateur Joseph Oller et son directeur Charles Zidler sont des redoutables hommes d’affaires, qui connaissent bien les goûts du public. L’objectif est de permettre aux plus riches de venir s’encanailler dans un quartier à la mode, Montmartre. Le lieu extravagant – le jardin est agrémenté d’un gigantesque éléphant – permet à toutes les populations de se mélanger. Petits employés, résidents de la place Blanche, artistes, bourgeois, hommes d’affaires, femmes élégantes et étrangers de passage s’y côtoient. Surnommé « Le Premier Palais des Femmes » par Oller et Zidler, le cabaret connaît rapidement un vif succès.
En savoir plus…

Please follow and like us:
Moulin Rouge vintage, ça c’est paris – il m’a vue nue – on me suit !

Photopoésies similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
justo at libero. ante. libero consectetur dolor. sed