Home Architectures Musée d orsay : Horloge ! Dieu sinistre selon Baudelaire

Musée d orsay : Horloge ! Dieu sinistre selon Baudelaire

by Robert R. KEBBI
musée d orsay - Horloge de la Gare d’Orsay Paris

Musée d orsay : l’horloge selon Baudelaire

Musée d Orsay : photographie en noir et blanc de l’horloge de l’ancienne gare d’Orsay à Paris accompagnée d’une poésie de Charles Baudelaire intitulée l’horloge.

LXXXV – L’Horloge

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi ! Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d’effroi Se planteront bientôt comme dans une cible ; Le Plaisir vaporeux fuira vers l’horizon Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ; Chaque instant te dévore un morceau du délice A chaque homme accordé pour toute sa saison. Trois mille six cents fois par heure, la Seconde Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois, Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor ! (Mon gosier de métal parle toutes les langues.) Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or ! Souviens-toi que le Temps est un joueur avide Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi. Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi ! Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide. Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard, Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge, Où le Repentir même (oh ! la dernière auberge !), Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! 

Charles Baudelaire

Le saviez-vous ?

L’horloge du Musée d Orsay est un des seuls vestiges de l’époque où ce musée était une gare. Inaugurée en 1900, cette nouvelle gare parisienne était destinée aux trajets vers le Sud-ouest de la France. Elle avait pour vocation originelle d’accueillir les visiteurs de l’exposition universelle de Paris (1900), et les délégations étrangères qui se rendent à Paris. Elle permettait ainsi de prolonger jusqu’au cœur de Paris les lignes de la Compagnie d’Orléans, qui souffraient de la position excentrée de la gare de Paris-Austerlitz.
En 1986 elle est transformée en musée. A ce jour, il ne reste d’elle que le grand hall de 32 mètres de haut et la célèbre horloge au fond.

Please follow and like us:
error

Photopoésies similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
diam eget sem, venenatis, Nullam Praesent tristique pulvinar leo. vulputate, ut