Home Noir & Blanc Nelson Mandela statue parliament square (London)

Nelson Mandela statue parliament square (London)

by Robert R. KEBBI
Nelson Mandela statue parliament square (London)

Nelson Mandela statue parliament square (London)

Invictus est un court poème de l’écrivain William Ernest Henley. Il était le poème préféré de Nelson Mandela. Le titre signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible » et se fonde sur la propre expérience de l’auteur (William Ernest Henley) qui a écrit ce poème en 1875 sur son lit d’hôpital, suite à son amputation du pied. Ce poème est publié pour la première fois en 1888. À l’origine, il ne possédait pas de titre, ce dernier fut ajouté par Arthur Quiller-Couch en 1900. Ce poème joue un grand rôle dans la vie de Nelson Mandela durant sa période d’incarcération à Robben Island. À ce titre, il donne son nom au film réalisé par Clint Eastwood en 2009.

La Journée internationale Nelson Mandela (en anglais : Nelson Mandela Day) fut proclamée par l’UNESCO le 10 novembre 2009 est célébrée le 18 juillet de chaque année afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela, militant de la cause anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, à « la promotion d’une culture de paix ». Durant cette journée, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement soixante-sept minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept années que Mandela a vouées à sa lutte pour l’égalité, réconciliation et diversité culturelle.

Invictus

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate :
I am the captain of my soul.

William Ernest Henley

De ces ténèbres si profondes
Qu’on en croirait l’enfer probable,
Je dis merci aux dieux du monde
De m’avoir fait l’âme imprenable.

Sous la rude fatalité,
Je suis resté stoïque et coi.
Sous le coup du sort irrité,
Marqué de sang, mon front est droit.

Ce lieu de révolte et de pleurs
Ferait craindre un futur atroce
S’il y avait en moi la peur,
Mais je ne trouve en moi que force.

Aussi étroit soit le chemin,
Aussi nombreuses soient les peines,
Je suis maître de mon destin,
De mon âme le capitaine.

Essai de version rimée et rythmée — Yves Lanthier, 2009

Please follow and like us:
Nelson Mandela statue parliament square (London)

Photopoésies similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
ut id at dictum adipiscing dapibus ipsum lectus ultricies Donec libero