Home Paysages Paris ou le cauchemar de la ville Lumière devenue ville sans nom

Paris ou le cauchemar de la ville Lumière devenue ville sans nom

by Robert R. KEBBI
Paris ou le cauchemar de la ville Lumière devenue ville sans nom

Tout rapprochement avec une quelconque actualité très actuelle serait fortuite et pure coïncidence ! Dans un monde où tout est surveillé, depuis le téléphone jusqu’aux communications sur Yahoo! Messenger, le cauchemar n’est qu’une fiction digne d’un roman de Stephen King ou d’un (bon) film de John Carpenter… Ce lundi ne prenez pas votre voiture sauf si vous êtes un numéro et impair de préférence ! Les autres à vos masques ou bien prenez un RTT, restez sur rkebbi.com pour rêver en poésie, en photographie et réinventons le monde de demain pour éviter le cauchemar d’aujourd’hui…

Paris ou le cauchemar de la ville Lumière devenue ville sans nom

Le Cauchemar

Vers le vide
il se précipite, cet homme
dans les rues de cette ville sans nom
Sous un ciel rouge de flammes, de bruits
il ne s’arrête pas pour regarder autour de lui
il n’a pas le temps
Un cri, «tourne vite
non, pas par-là
vite! rejoins les autres, quels autres?»
Tête basse, il suit les lignes
il suit son ombre
ne voyant même pas les bâtiments sur le coté
Il n’entend que cette voix qui lui dit
«cours, vas-y, plus vite»
Le son d’acier qui frappe les murs
frappe encore dans sa tête
Est-ce qu’ils sont là? il ne le sait pas
Il continue comme une bête
c’est le renard coincé par des chiens
qui veulent le déchiqueter
Il a peur
Il entre vite dans le jardin
les arbres le soulagent
ils filtrent la lumière éclatante, éblouissante
L’herbe mouillée lui fait penser à des jours plus tranquilles
Il ferme les yeux, tout se calme
mais ces couleurs, ces bruits, pèsent sur lui
Il entend toujours cette voix qui lui dit
«vas-y plus vite, cours, cours, cours»
Puis il la sent dans toute sa richesse
doucement lui percer la peau, la chair, le cœur
Petit à petit le film se ralentit devant ses yeux
et il se réjouit
Tout s’engourdit en lui
tout devient plus beau

Jules Delavigne, 1991

source :poetica.fr

Please follow and like us:
Paris ou le cauchemar de la ville Lumière devenue ville sans nom

Photopoésies similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
felis elementum ut ut consequat. porta. libero dolor.