Home VoyagesParis Père Lachaise Cimetière Paris : pourquoi ce rayon illumine cette tombe ?

Père Lachaise Cimetière Paris : pourquoi ce rayon illumine cette tombe ?

by Robert R. KEBBI
Rayon de soleil sur une tombe du cimetiere du Pere Lachaise

Père Lachaise : pourquoi ce rayon illumine cette tombe ?

Père Lachaise, rayon sur tombe : Photographie HDR d’une tombe du cimetière Père Lachaise (Paris) illustrée par une poésie, En passant près d’un Cimetière, de Théophile GAUTIER. 

En passant près d’un Cimetière

Qu’est-ce que le tombeau ? — Le vestiaire où l’âme,
Au sortir du théâtre et son rôle joué,
Dépose ses habits d’enfant, d’homme ou de femme,
Comme un masque qui rend un costume loué !

Théophile GAUTIER

A propos : le cimetière du Père Lachaise

Le cimetière du Père Lachaise est le plus grand cimetière de Paris intra muros et l’un des plus célèbres dans le monde. Situé dans le 20e arrondissement de la ville, de nombreuses personnes célèbres y sont enterrées. Il accueille chaque année plus de trois millions et demi de visiteurs, ce qui en fait le cimetière le plus visité au monde.
Pour en savoir plus…

A propos de Théophile Gautier

Théophile Gautier, né à Tarbes le 30 août 18111 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872, est un poète, romancier et critique d’art français.
Né à Tarbes, Théophile Gautier est cependant parisien depuis sa plus jeune enfance. En 1829 il rencontre Victor Hugo qu’il reconnaît pour son maître. Il publie en 1831-1832 ses premières poésies. Il écrit aussi ses premières nouvelles comme La Cafetière (1831).
En 1836, à la demande de Balzac, il donne des nouvelles et des critiques d’art au journal La Chronique de Paris. Il publie aussi des poèmes (La Comédie de la Mort, 1838) et s’essaie au théâtre (Une larme du diable, 1839). En mai 1845, il accomplit un grand voyage au-delà des Pyrénées dont il rapporte un carnet d’impressions (Voyage en Espagne) et de nouveaux poèmes (España, 1845). D’autres voyages en Algérie, en Italie, en Grèce, en Égypte, nourriront aussi diverses publications.
En 1852, paraît Émaux et Camées, recueil de vers qu’il enrichit jusqu’en 1872 et qui fait de son auteur un chef d’école : Baudelaire dédie Les Fleurs du mal au « poète impeccable » et Théodore de Banville salue le défenseur de « l’art pour l’art ».
Il continue à publier des articles ou des poèmes mais aussi une biographie d’Honoré de Balzac ou des œuvres de fiction comme son roman de cape et d’épée Le Capitaine Fracasse (1863). Il est nommé bibliothécaire de la princesse Mathilde et fréquente les salons littéraires du Second Empire mais aussi le milieu de l’art, s’intéressant aux musiciens (il écrit sur Berlioz, Gounod, Wagner…

En savoir plus…

Jim Morrison, jour d’anniversaire au Père-Lachaise

En ce jour de grands départs en vacances, inutile aussi de se presser au Père-Lachaise. Mort le 3 juillet 1971 à Paris d’une overdose, Jim Morrison va encore attirer son flot d’admirateurs dans la sixième division du cimetière, dont il est à la fois
Please follow and like us:
error

Photopoésies similaires

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept En savoir plus...

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Instagram
Nullam amet, lectus leo non Aenean venenatis, Donec velit, nec felis